NOVAQ10©cosmetics - CREME HYDROPHILE LIPOPHILE MICELLEE NATURELLE

PRIX NOBEL EN 1978

prix nobel

le médaille du prix nobel


1978, Peter Mitchell reçut le prix Nobel

Plusieurs scientifiques se sont intéressés à cette fascinante question de la coenzyme Q10 : Gian Paolo Littaru et le Pr. Karl Folkers qui firent des liens entre la déficience en coenzymes Q10 et les maladies cardiaques. En 1961, Peter Mitchell a proposé une théorie sur le processus de production d'ATP qui a identifié la coenzyme Q10 comme un élément fondamental dans le processus ATP. ATP (Adénosine Tri-Phosphate) est le carburant du muscle. En 1978, Peter Mitchell reçut un prix Nobel pour sa contribution à la compréhension de la production d'énergie dans l'organisme, l'hypothèse chimiosmotique, ce qui incluait la théorie mitochondriale (mitochondries) et la fonction de la coenzyme Q10.

les détails

icon triangle jaune


plus détaillé:

La théorie chimiosmotique, formulée par Peter Mitchell en 1961, postule que l'« intermédiaire de haute énergie » dans les processus cellulaires de transduction énergétique (respiration cellulaire et photosynthèse) est un gradient de concentration de protons établi à travers la membrane interne de l'organite concerné, mitochondrie ou chloroplaste, ou à travers de la membrane plasmique chez les bactéries.
Cette théorie implique l'interconvertibilité de l'énergie osmotique, le gradient de protons, et de l'énergie chimique de la cellule, l'adénosine triphosphate ou ATP. La théorie chimiosmotique est aujourd'hui très largement établie et on sait que c'est une protéine membranaire appelée ATP synthase qui réalise cette interconversion, en dissipant le gradient de manière couplée à la synthèse d'ATP chez toutes les cellules. Au sein de la chaîne respiratoire se trouvent deux types de quinones qui transfèrent les électrons entre les complexe s I, II, les ETF-QO et le complexe III. Ce sont les coenzymes Q9 et Q10 encore appelées ubiquinones. Les coenzymes existent sous différents états rédox : entièrement oxydé (ubiquinone), semiquinone (ubisemiquinone) et entièrement réduit (ubiquinole). Ces molécules sont très hydrophobes. Elles sont présentes dans toutes les membranes cellulaires. En plus de leurs rôles de transfert d’électrons dans les mitochondries, elles régulent aussi l’ouverture du PTP (Protéine-tyrosine-phosphatase-> tyrosinephosphatase), et activent des protéines découplantes (Turunen et al. 2004). En participant à la production et/ou à l’élimination des radicaux libres, ces molécules pourraient jouer un rôle dans la signalisation cellulaire en modifiant l’expression de facteurs de transcription sensibles aux radicaux libres comme NFKB.

cliquez ici pour imprimer cette page

 

   Copyright 2014 Nova Q10©