NOVAQ10©cosmetics - CREME HYDROPHILE LIPOPHILE MICELLEE NATURELLE

Maladies neurodégénératives et coenzyme Q10

De nombreuses maladies neurodégénératives so nt souvent associées à un stress oxydant ainsi qu’à une diminution de l’activité du complexe I de la chaîne respiratoire des mitochondries.
Dans tous les cas, ceci va de pair avec une diminution de la concentration du coenzyme Q10 dans les membranes mitochondriales.

Maladie de Parkinson

Caractéristiques cliniques
La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative se manifestant en général chez l'homme de plus de 50 ans. Elle se traduit par un tremblement au repos, des troubles du tonus et une akinésie, diversement associés. Elle affecte également l'élocution et le "langage corporel". Comme beaucoup d'au tres troubles neurologiques, la maladie de Parkinson est chronique, évolutive et pour le moment incurable. Elle est d'étiologie inconnue.

Causes de la maladie

Une implication plus directe du dysfonctionnement mitochondrial dans la maladie de Parkinson a été mise en évidence après la découverte du MPTP (1-méthyl-4-phényl-1, 2, 3, 6-tétrahydropyridine) qui provoque un  syndrome parkinsonien chez les humains, des primates non humains et des souris. Le mode d’action de cette molécule donne un indice sur une des causes possibles de la maladie de Parkinson. En effet, elle inhibe le complexe I de la chaîne respiratoire des mitochondries. Une étude du fonctionnement mitochondrial de sujets atteints prouve que le complexe I
voit son activité diminuer par rapport à celui de mitochondries saines.
Si le dysfonctionnement mitochondrial est à l’origine de la maladie de Parkinson, il devrait pouvoir être mis en évidence auprès des sujets présentant des signes précoces de la maladie.
Shultz et Hass ont montré une diminution significative de l’activité des complexes mitochondriaux I et III chez les malades précoces.
Il a été avancé que le dysfonctionnement mitochondrial serait dû à des dommages oxydants qui conduiraient à des mutations  de l’ADN mitochondrial. De telles mutations seraient à l’origine du mauvais fonctionnement des complexes I et III. Nous nous retrouvons alors dans un cercle vicieux où la génération de radicaux libres par la chaîne respiratoire serait elle même à l’origine des dommages causés sur cette dernière.  

Rôle du coenzyme Q10

Le coenzyme Q 10, comme décrit précédemment, se retrouve sur la membrane interne des mitochondries. Son rôle antioxydant serait, dans le cas de la maladie de Parkinson, d’une importance majeure puisqu’il aurait un rôle protecteur de la mitochondrie elle même. En effet, des études ont montré que chez les sujets malades, la quantité de coenzyme Q10  est diminuée de 33% dans les membranes mitochondriales par rapport à des sujets sains. Ceci n’est pourtant pas le cas pour le sérum. Un  apport nutritionnel en coenzyme Q10  serait bénéfique pour la protection de la chaîne respiratoire des mitochondries ainsi que de l’ADN  mitochondrial. Cependant, un apport excessif de coenzyme Q10  serait pour l’instant déconseillé puisque des études cliniques plus poussées n’ont pas encore été réalisées.

Maladie de Huntington

Caractéristiques cliniques
La Chorée de Huntington est une maladie progressive et neurodégénérative, autosomale et dominante. Elle est due à une répétition de la séquence trinucléotidique CAG dans le gène huntingtin. Les manifestations cliniques de la maladie sont une chorée, un déclin cognitif et des problèmes comportementaux. La dégénération d’une population neuronale bien précise dite « medium spiny » du stratium est également à noter.

Causes de la maladie
Des études sur la fonction mitochondriale indiquent une diminution de l’activité des complexes II et III de la chaîne respiratoire ainsi qu’une diminution moins marquée de l’activité du complexe IV.  

Rôle du coenzyme Q10

Le lien avec le coenzyme Q10  dans la chorée de Huntington n’est pas encore clair. Ceci étant, il est démontré que l’administration de coenzyme Q10  à des modèles de souris malades, augmente leur survie.  

Sclérose Latérale Amyotrophique (ALS)

Caractéristiques cliniques
La sclérose latérale amyotrophique est une maladie neurodégénérative liée à l'altération progressive des neurones moteurs, les cellule s qui commandent les muscles volontaires. La maladie se déclare entre 45 et 75 ans. C'est une affection handicapante à aggravation progressive, dont l’évolution moyenne est d'environ 36 mois.

Causes de la maladie
Encore une fois, le stress oxydatif serait à l’origine de  cette maladie. La présence des radicaux libres serait à l’origine de la mort neuronale  observée, probablement par une atteinte des membranes neuronales ainsi que  d’une atteinte de l’ADN.

                                                               application NovaQ10 sur Amazon                             

                                  

application NovaQ10 sur google play

   Copyright 2014 Nova Q10©

                                                                   

 

Partagez  facebooktwiitergoogleviadeo